PARTICIPATION
U-Report en Tunisie : vraie plateforme pour un engagement civique et citoyen
4 janvier 2017
Défiler pour plus d'information

L'HISTOIRE CONTINUE

Eya et Mouna ont 19 ans et habitent le quartier Essaida. Elles sont  amies, voisines et joueuses de volley-ball dans la même équipe, le club sportif de Gorjani. Elles s’entrainent depuis 8 ans au terrain Kermesse non loin de chez elles. Mouna est passeuse et Eya attaquante.
« Le volley c’est comme une deuxième famille » dit Eya. « Mes parents m’encouragent à sortir du quartier. Mon père vient me chercher après l’entraînement pour éviter de rentrer toute seule dans des horaires tardives ».
Eya explique : « il y a beaucoup de problèmes dans mon quartier, surtout la violence dans la rue et la drogue ».  Elle s’inquiète pour son frère de 17 ans et craint qu’il ne tombe sous les griffes de la délinquance et de la drogue. « Dans notre quartier, nous n’avons pas un espace public adéquat dédié au divertissement des jeunes. La maison des jeunes n’est pas fonctionnelle et l’accès à internet est payant » rajoute-elle ; c’est ainsi qu’elles se sont rapprochées de l’Institut Arabe des Droits de l’Homme (IADH) et qu’elles se sont intéressées à participer à la plateforme U-Report.
Le quartier Essaida est un quartier confiné et fermé au centre de la ville de Tunis. C’est l’un des quartiers les plus denses et les plus vulnérables  de la capitale et  ses habitants souffrent de problème de déficience d’infrastructures et d’exclusion sociale.  
Eya, comme autant d’autres filles qui habitent dans le quartier d’Essaida se sentent fortement concernées par les situations d’injustice sociale au sein de leur communauté.
Zohra, âgée de 15 ans, rajoute avec conviction: « nous ne pouvons qu’observer et témoigner de la situation qui nous entoure mais je doute que ma voix puisse faire avancer les choses ».
Zohra collabore avec une association locale du quartier dont sa mère est  présidente depuis trois ans. Elle maîtrise l’informatique et  administre la page Facebook de l’association. Elle joue un rôle très actif dans l’association en accueillant et en informant  les familles les plus vulnérables sur  la façon d’accéder aux services sociaux de base.
Elle est enthousiaste à l’idée de participer au projet U-Report. Elle veut que sa voix soit entendue par les décideurs mais surtout qu’elle soit traduite en véritable engagement politique et citoyen notamment en faveur des catégories vulnérables.
Abdelkrim observe et rajoute « en disant ce que j'ai à dire, il va y avoir peut-être quelqu’un qui va m’écouter et ça va changer quelque chose ; c’est pour cela que je trouve U-Report super ».

L’Institut Arabe de Droits de l’Homme, IADH

Crée en 1989 à l’initiative de l’Organisation Arabe des Droits de l’Homme, l’Institut Arabe des Droits de l’Homme (l'IADH) est une ONG régionale, dont le mandat géographique couvre les pays arabes du Maghreb et du Moyen Orient. Il collabore avec des ONG et des institutions de droits de l'homme en Afrique, en Amérique du Nord et en Europe. La mission fondamentale de l'IADH est la diffusion de la culture des droits de l'homme au sein de la société arabe, et ce, conformément aux principes de la Déclaration universelle des droits de l'homme en particulier et des différents instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme.

Suite à la révolution  tunisienne 2011, l’Institut a mené une réflexion profonde sur son rôle et ainsi que les besoins exprimés par la population: «  L’éducation en droit de l’homme doit être accessible à tous et à toutes ; et donc, accessible aux quartiers les plus défavorisés » - affirme la Directrice de l’Institut, Mme  Lamia Grar- « c’est dans ce sens que nous avons déménagé au quartier de Essaida pour se rapprocher des populations les plus vulnérables et encourager d’autres institutions à faire de même  ».
Pour en savoir plus http://www.aihr-iadh.org/

SONDAGES ASSOCIÉS


IMAGES SÉLECTIONNÉES

Aucune image sélectionnée

ARTICLES ASSOCIÉS

Aucun article associé.

ARTICLES ARCHIVÉS

FILTRER

LISTE